5 façons simples pour contrôler ses émotions

«Les émotions sont une partie essentielle de notre vie quotidienne. Que vous riiez à cause d'un SMS ou que vous vous sentiez frustré dans les embouteillages aux heures de pointe, vous savez que les hauts et les bas que vous vivez peuvent avoir une incidence considérable sur votre bien-être.»
Votre capacité à réguler ces émotions, à son tour, affecte la façon dont vous êtes perçu par les personnes qui vous entourent. Si vous riez de ce texte au cours d'une réunion sérieuse, vous risquez de recevoir des regards aigris de la part des autres personnes présentes dans la salle. D'un autre côté, si vous réagissez avec rage à un conducteur qui vous coupe la route, vous risquez de susciter une attention non désirée, voire de risquer votre vie.
L'étude des émotions n'est pas une science exacte. Les psychologues débattent encore du lien entre le corps et l'esprit dans la réactivité émotionnelle ; ils ne disposent pas d'une classification complète des émotions et ne savent même pas si les émotions sont la cause ou le résultat de la façon dont nous interprétons le monde. Cependant, des progrès sont réalisés dans la compréhension du concept de régulation des émotions, le processus qui consiste à influencer la façon dont les émotions sont ressenties et exprimées.
Le psychologue James Gross (2001) de l'université de Stanford a proposé un modèle en quatre étapes pour saisir la séquence des événements qui se produisent lorsque nos émotions sont stimulées. Dans ce qu'il appelle le "modèle modal", une situation capte notre attention, ce qui nous amène à évaluer ou à réfléchir à la signification de la situation. Nos réactions émotionnelles résultent de la façon dont nous évaluons nos expériences.
Certaines réponses émotionnelles ne requièrent aucune régulation particulière. Si l'émotion est appropriée à la situation et vous aide à vous sentir mieux, il n'y a pas lieu de s'inquiéter de changer la façon dont vous gérez les choses. Rire quand les autres rient est un exemple de réaction appropriée qui vous aide à vous sentir mieux. Exprimer sa rage au volant peut également vous faire sentir mieux, mais ce n'est pas approprié ou particulièrement adaptable. Vous pourriez exprimer votre frustration d'une autre manière qui vous permette de vous libérer de ces sentiments de colère, ou essayer plutôt de trouver un moyen de vous calmer.
Bien entendu, se calmer quand on est frustré est plus facile à dire qu'à faire. Si vous avez tendance à vous énerver lorsque vous êtes agacé et exprimé votre indignation à tout le monde à voix haute (ou par mail), vos émotions pourraient vous coûter des relations importantes, votre travail et même votre santé.
L'incapacité à réguler ses émotions est à l'origine de troubles psychologiques tels que la dépression et le trouble de la personnalité limite. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour comprendre le rôle spécifique de la régulation émotionnelle en psychopathologie, ce domaine semble prometteur. Par exemple, les personnes souffrant de troubles d'anxiété sociale peuvent bénéficier d'interventions qui les aident à changer leur façon d'évaluer les situations sociales, comme le montrent les recherches sur la thérapie cognitivo-comportementale.
Selon Gross et Jazaieri, beaucoup d'autres personnes dont la santé psychologique n'est pas optimale pourraient également bénéficier d'une éducation sur la façon de mieux gérer leurs émotions dans la vie quotidienne.
Heureusement, vous pouvez gérer la majeure partie du travail de régulation de vos émotions bien avant même que la situation de provocation ne se produise. En vous préparant à l'avance, vous constaterez que l'émotion problématique disparaît avant qu'elle n'interfère avec votre vie. Donc, voici les façons pour mieux gérer vos émotions :

1. Choisissez la situation dans laquelle vous êtes le plus à l’aise

Évitez les circonstances qui déclenchent des émotions non désirées. Si vous savez que vous risquez de vous mettre en colère lorsque vous êtes pressé (et que vous vous mettez en colère lorsque les autres vous forcent à attendre), alors ne laissez pas les choses en suspens à la dernière minute. Sortez de la maison ou du bureau 10 minutes avant le moment où vous en avez besoin, et vous ne serez pas autant dérangé par les piétons, les voitures ou les ascenseurs lents. De même, s'il y a une connaissance que vous trouvez complètement ennuyeuse, trouvez un moyen d'éviter de tomber sur cette personne.

2. Modifiez la situation qui vous pose des problèmes

Peut-être que l'émotion que vous essayez de réduire est la déception. Vous espérez toujours, par exemple, servir le repas "parfait" à vos amis et à votre famille, mais invariablement quelque chose tourne mal parce que vous avez visé trop haut. Modifiez la situation en trouvant des recettes qui sont à votre portée pour que vous puissiez réussir le repas. Vous n'êtes peut-être pas en mesure de construire le soufflé idéal, mais vous réussissez une assez bonne quiche.

3. Changez de cap et de point de vue

Disons que vous vous sentez constamment inférieur aux personnes qui vous entourent et qui ont toujours une belle apparence. Vous êtes au gymnase et vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer les habitués des machines de musculation qui réussissent à soulever trois fois plus de poids que vous. Attiré par eux comme un aimant, vous ne pouvez pas vous empêcher d'observer avec émerveillement et envie ce qu'ils sont capables d'accomplir. Si vous vous concentrez moins sur eux et que vous vous concentrez sur vos camarades de gymnastique qui ont moins de punch, vous vous sentirez plus confiant dans vos propres capacités. Mieux encore, concentrez-vous sur ce que vous faites et, ce faisant, vous finirez par acquérir une partie de la force que vous désirez.

4. Changez vos croyances et libérez-vous de vos croyances limitantes

Au cœur de nos émotions les plus profondes se trouvent les croyances qui les animent. Vous vous sentez triste lorsque vous croyez avoir perdu quelque chose, en colère lorsque vous décidez qu'un objectif important est contrarié, et heureux lorsque vous pensez que quelque chose de bien va se présenter à vous. En changeant vos pensées, vous ne pourrez peut-être pas changer la situation, mais vous pourrez au moins changer la façon dont vous pensez que la situation vous affecte. Dans la réévaluation cognitive, vous remplacez les pensées qui conduisent au malheur par des pensées qui conduisent plutôt à la joie ou au moins au contentement. Les personnes souffrant de troubles d'anxiété sociale peuvent croire qu'elles vont se ridiculiser devant les autres pour leurs gaffes sociales. Elles peuvent être aidées à se détendre par des interventions qui les aident à reconnaître que les gens ne les jugent pas aussi sévèrement qu'ils le croient.

5. Changez vos réactions et votre état d’esprit

Si tout le reste échoue, et que vous ne pouvez pas éviter, modifier, changer d'orientation ou changer vos pensées, et que l'émotion se déverse, la dernière étape de la régulation des émotions consiste à contrôler votre réaction. Il se peut que votre cœur batte la chamade de sensations désagréables lorsque vous êtes amené à être anxieux ou en colère. Prenez de grandes respirations et fermez peut-être les yeux pour vous calmer. De même, si vous ne pouvez pas vous arrêter de rire alors que tout le monde semble sérieux ou triste, rassemblez vos ressources intérieures et forcez-vous au moins à changer votre expression faciale, sinon votre humeur.

Conclusion

Quoi que vous fassiez, vous ne pourrez pas changer les comportements et les réactions des gens qui vous entourent qu’ils soient bons ou mauvais pour vous. La seule chose que vous puissiez faire, c’est de changer vos réactions et votre manière de réagir face à cela. Alors ne donnez pas de l’importance à des gens ou des situations qui n’en valent pas la peine, et concentrez-vous sur vous-même !!